Triathlon blessures frequentes

Publié le par Duriez Laurent

Le triathlon est une discipline exigeante
Il ne s'agit pas là de cours de médecine, mais de conseils pouvant être utiles aux sportifs leur permettant d'adapter au mieux une attitude médicale thérapeutique. Sont décrits ci-dessous les petites blessures et inconvénients pouvant entrainer des conséquences contrariantes pour la saison du sportif.
Le triathlon est une discipline exigeante et contraignante sur le plan physiologique. C'est pourquoi, il me semble indispensable au préalable, de procéder à une évaluation précise des performances cardio-pulmonaires auprès d'un médecin du sport, avant d'envisager une saison de compétition.
La période hivernale est idéale pour effectuer ce bilan, tant sur le plan sanguin ( dosage ferritine, fer sérique, magnésium....) que sur le plan exploration fonctionnelle (épreuve d'effort avec VO2 max,seuils)...
Les tendinites
Mécanisme d'apparition des tendinites.
Les tendons peuvent être le siège des phénomènes inflammatoires provoquées par des microtraumatismes liés au surmenage d'entrainement qui peut concerné le tendon lui-même ou la zone d'insertion
. Les causes de ces tendinites sont principalement:
-troubles morphologiques: comme les pieds creux, une inégalité de longueur des membres inférieurs, etc...
-le matériel: qui peut être inadapté à la morphologie du pratiquant sportif .
-l'entrainement sur sols durs: qui exagèrent les effets néfastes des microtraumatismes.
- les excès quantitatifs et qualitatifs de l'entrainement.
-l'âge: la fréquence des tendinites augmentant avec l'âge.

Le traitement.
-le repos: au moins trois semaines.
-physiothérapie locale: massages, hydrothérapie, pommades anti-inflammatoires.
- la diététique.
L'activité physique est responsable d'un déferlement acidifiant sanguin par production de déchets acides dans l'organisme :
-acide lactique
-acide urique...
....qui peuvent modifier la structure intime des tendons.

Le but du régime nutritionnel adapté sera de modifier cette situation par une alimentation:
-alcalinisante : par un choix judicieux d'aliments capables de tamponner cette acidité comme les eaux bicarbonatés( Vichy...), les produits laitiers, les fruits y compris les agrumes.
-hypo-uricémiante : par suppression momentanée de l'alimentation des aliments trop riches en acide urique( certains produits carnés et poissons, crustacées, coquillages, charcuteries et abats).
-pauvre en acide oxalique : en éliminant certains légumes( betterave rouge, bette, épinard, oseille, ortie, rhubarbe, persil) et aussi les légumes secs( fèves, lentilles, pois chiches), le cacao, le chocolat et le thé
-avec un apport hydrique suffisant permettant une diurèse journalière de 1.5 l environ.
Les Crampes
Il s'agit d'une contraction musculaire douloureuse, involontaire et spontanée, obligeant à stopper l'effort.

La prévention de la crampe.
-Sur le plan nutritionnel:
assurer une bonne hydratation ,éviter une alimentation trop riche en protéines( viandes, charcuteries).
veiller à un équilibre ionique correct ( magnésium, calcium...).
-Sur le plan musculaire:
insister sur l'échauffement avant l'effort.
pratiquer des étirements avant et après l'effort.
-Sur le plan équipement sportif:
veiller à un bon réglage du matériel: position sur le vélo...
assurer un renouvellement fréquents des chaussures de course à pied (tous les 1500 kms ou tous les 2 ans)...
-Sur le plan morphologique:
correction orthopédique éventuelle d'une anomalie de la voute plantaire par semelle ou talonnette( voir kinésithérapeute ou podologue).

Le traitement de la crampe.
Diminuer l'intensité de l'effort à l'apparition des premiers signes.
Pratiquer un étirement progressif du muscle concerné, soit manuellement ou en contractant les muscles antagonistes.
Masser la zone douloureuse.
Les fractures de fatigue.
Il s'agit de fractures qui résultent de microtraumatismes répétés sur un organisme mal préparé à ce type d'entrainement.
Elles concernent généralement le tibia, le péroné, les métatarsiens et plus rarement les os du bassin.
Les radiographies ne font pas toujours le diagnostic, contrairement à la scintigraphie osseuse qui permet de mettre en évidence une hyperfixation au trait de fracture.
Le traitement:
immobilisation plâtrée et de ce fait, arrêt de l'entrainement.
La prévention:
-entrainement équilibré sur le plan quantitatif et qualitatif.
-aménagement de périodes de repos indispensables.
-utilisation de matériels adaptés et correctement réglés.(vélo...)
-éviter le surpoids( une des premières causes de ce type de pathologie).
-privilégier les apports phospho-calciques par le biais de laitages permettant de renforcer la résistance osseuse.
La reprise de l'entrainement doit être très progressive.

Publié dans oignies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article